La politique familiale dans les DOM et en Guadeloupe
 
   

Gautier Arlette, 2006, « Mujeres y colonialismo » dans Ferro M. (ed), El libro negro del colonialismo. Siglos XVI al XXI : del exterminio al arrepentimiento, Madrid, La esfera de los libros. 2006, « Framförallt under kolonialism » dans Ferro M. (ed), Kolonialismens svarta bok, Stockholm, Leopard.


Gautier Arlette, 2004, « Femmes et colonialisme »
, dans Ferro M. (ed), Le livre noir du colonialisme. XVIe-XXIe siècle : de l’extermination à la repentance, Hachette littérature (édition de poche), Paris, 759-811. 2003, « Femmes et colonialisme », dans Ferro M. (ed),Le livre du noir du colonialisme, Paris, éditions Robert Laffont : 569-607.

 

colonialismenEl libro negro Le livre noir du colonialismeLe livre noir du colonialisme

 

Citations de cet article selon Google


Bennetta Jules-Rosette, « chronique bibliographique »
Ferro, Marc (dir.), Le livre noir du colonialisme. xvie-xxie siècle, de l’extermination à la repentance. Paris,


Robert Laffont, 2003, 843 p. Cahiers d'études africaines  : 173-174. Arlette Gautier’s fascinating chapter on women and colonialism, which occupies an autonomous section of the book (Part IV), introduces pertinent questions


Jimenez-Lucena I, 2006, « Gender and coloniality: the 'Moroccan woman'and the 'Spanish woman'in Spain's sanitary policies in » , Rio de Janeiro, Histria, Cincias, Sade-Manguinhos, Apr./June. ...


Schiebinger L., 2004, « Feminist History of Colonial Science »,
Hypatia, vol. 19, no. 1 (Winter): Page 1.


Traverso Enzo, 2003, « Dans un essai novateur, Arlette Gautier se penche sur une autre dimension du colonialisme. On avait jusqu'à présent étudié la place des femmes dans l'imaginaire colonialiste, où elles incarnent une figure fantasmée de volupté et de sexualité débridée. Arlette Gautier montre comment - outre à accentuer une oppression souvent préexistante - le colonialisme se traduit dans l'extension massive de l'esclavage aux femmes, dans l'introduction d'une séparation plus radicale entre les genres, et finalement dans une "domestication des femmes" clouées à un rôle socialement subordonné ».