La couleur

Principe de base

Presque tout le monde sait que l'on peut fabriquer (quasiment) n'importe quelle couleur en superposant trois couleurs de base. En général, les trois couleurs de base que l'on choisit sont le rouge, le vert, et le bleu.

Ce qui est moins connu du grand public, c'est la raison pour laquelle cela fonctionne ainsi. En effet, pourquoi trois couleurs, et pas deux ou quatre? En réalité, tout cela est lié à la façon dont l'œil humain analyse l'image. En effet, dans l'œil, on trouve trois types de cellules photoréceptrices, que l'on appelle les "cônes", et qui sont sensibles aux basses, moyennes, et hautes fréquences des ondes lumineuses, c'est-à-dire au rouge, au vert, et au bleu.

Si l'œil humain comportait 4 types de cellules, il faudrait changer toutes nos télévisions, car la synthèse de la couleur devrait alors se faire à partir de 4 couleurs de base (par exemple rouge, jaune, vert et bleu).

Inversement, si l'œil humain ne comportait que deux types de cellules, alors deux couleurs de base suffiraient pour synthétiser les couleurs perceptibles par l'œil.

Les repères de couleur

Une couleur peut être définie par 3 nombres qui indiquent le dosage relatif des trois couleurs de base. Par exemple, pour le jaune, il faut 50% de rouge, 50% de vert, et 0% de bleu.

Mais on peut utiliser n'importe quel autre ensemble de 3 nombres, pourvu qu'il existe des équations permettant de passer des ces nombres aux nombres qui indiquent le dosage des 3 couleurs primaires.

On parle alors de changement de repère. C'est la même chose que lorsque l'on veut repérer la position d'un point. Par exemple, pour repérer un point dans l'espace, vous pouvez utiliser sa latitude, sa longitude et sa hauteur. Mais vous pouvez utiliser aussi son site, son azimut, et sa distance par rapport à une origine fixée.

Pour la couleur, on utilise souvent un repère qui s'appelle "Luminance, Teinte, Saturation". Il existe des équations qui, à partir des valeurs de la Luminance, de la Teinte, et de la Saturation, permettent de calculer les trois valeurs correspondant au dosage du rouge, du vert et du bleu. L'intérêt est que luminance, teinte et saturation sont des notions intuitives, que l'on comprend facilement, alors que les valeurs de dosage sont plus difficiles à appréhender.

Une petite illustration

Les images ci-dessous vous aideront à comprendre ces notions.

Images Copyright: G. Burel

house.jpg

Décalage de la teinte: le jaune est devenu vert, le vert est devenu bleu, etc.

frog.jpg

Diminution de la saturation: les couleurs sont plus pâles.

trees.jpg

Augmentation de la luminance: les couleurs sont plus claires

bird.jpg

Ici, la saturation varie en sens inverse de la luminance. En conséquences, les couleurs claires (le rouge du plumage, par exemple) deviennent très pâles. Par contre, les couleurs sombres (comme le bleu du plumage) restent vives.

 

 

(C) G. Burel / octobre 2001

 Retour au Sommaire général | Retour au Sommaire "Traitement d'images"